Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'auteur

Androïd XY 6

29 Avril 2014 , Rédigé par mathias.goddon Publié dans #Science-fiction

La suite de la nouvelle où Jules Sergent se met en tête de comprendre qui était la fameuse créature qu'il a cachée chez lui et résoudre ce qui s'apparente à un secret d'Etat sur l'élaboration de robots ressemblant comme deux gouttes d'eau aux humains.

Deux jours plus tard, nous étions opérationnels. J’avais tout planifié dans un temps record. Je ne savais même pas s’il était encore temps, si notre action n’était pas veine. Au fond, ce n’était pas notre combat, mais nous avions la certitude que quelque chose de grave se tramait. D’ailleurs, quel camp avions-nous choisi ? La police ne donnait pas de nouvelle, ce qui m’étonnait, puisque le lieutenant avait promis de me convoquer. Mais qui fallait-il suivre ? Nous nous posèrent la question, Jessica et moi, durant ces deux jours. La créature qui m’avait confié la clé USB était-elle vraiment une terroriste ? Si c’était le cas, alors nous étions en passe de commettre une grave erreur. D’un autre côté, qu’avait à cacher la police, et à travers elle l'Etat, pour provoquer un affolement pareil ?
Jessica se mit à faire des recherches sur le centre et sur le fameux Manning. Ce dernier se trouvait être le directeur de ce centre de nanotechnologie. Père de deux grands enfants, une femme, une maison avec jardin et piscine, en somme un personnage sans histoire. Passé par les plus grandes universités, sa carrière d’ingénieur l’avait conduit dans d’importants conglomérats industriels avant qu’il ne rejoigne il y a dix ans de cela ce lieu assez particulier. En effet, les informations collectées par Jessica sur Luxley restaient très parcellaires et elle trouvait même surprenant qu’il y ait aussi peu d’informations et de publicités concernant une entreprise qui était censée être spécialisée dans la domotique. Tout juste si leur site internet annonçait des avancées sur l’élaboration de robots qui s’occuperaient dans un futur tout proche de tâches effectuées jusque-là par des humains. Quelques articles çà et là louaient les travaux menés par d’éminents chercheurs basés dans cette enceinte, qui regroupaient pas moins de 5000 employés, dont un bon nombre de familles. 
Mais ce qui était intéressant, c’est ce qui m’avait traversé l’esprit lorsque j’avais lu l’adresse. Le centre s’étendait sur plus de dix hectares et ses administrateurs avaient trouvé une source de revenus importante en vendant une partie de son espace à des promoteurs immobiliers, lesquels les transformèrent en une série de petits pavillons intégrés à l’ensemble du site, mais formant une communauté fermée. Il se trouvait que l’une de ses résidentes voulait vendre sa maison depuis des mois. Je m’en rappelais facilement puisque pendant des mois j’avais essayé de lui expliquer que le prix qu’elle en demandait était bien trop important. Ainsi, il fut facile de la convaincre qu’un potentiel acheteur s’intéressait à sa maison et qu’il était pressé. Bien sûr, c’est Jessica auquel j’avais attribué ce rôle. Elle prit nos noms afin de les communiquer à l’entrée principale pour nous permettre d’entrer dans la forteresse. Ma cliente nous permettrait ainsi de nous faire franchir les plus importantes barrières de ce site.
Je mis ensuite à profit le jour qui nous restait pour élaborer la façon dont on allait s’y prendre pour pénétrer dans le centre lui-même. Ce n’était pas un hasard si le plan d’accès figurait dans les fichiers de la clé USB. Tout ce qui était bouches d’égout, conduits d'aération et caméras figuraient sur ce plan détaillé. Jessica se joignit à moi pour définir la façon la plus appropriée et la moins dangereuse pour pénétrer dans ce lieu ultra-protégé. Il fallat encore faire quelques achats, notamment des cagoules, gants noirs et autres accessoires, faisant de nous de parfaits petits cambrioleurs. À minuit, tout était calé, la nuit allait être courte…

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article