Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'auteur

HumanoidXY 5

28 Avril 2014 , Rédigé par mathias.goddon Publié dans #Science-fiction

Voici la suite de la nouvelle "Humanoïd XY". Petit résumé : Jules tombe sur une femme qui tente d'échapper à la police et lui remet une clé USB. Curieux, il tente de percer les secrets des fichiers contenus dans cette clé. Jessica, une amie américaine débarque pour l'aider dans cette tâche...

La zone d’arrivée de l’aéroport était noire de monde, et c’est avec mon carton, me sentant quelque peu ridicule, que j’attendais la touriste hackeuse.
Je l’entendis arrivé plus qu’autre chose.
— High ! My Jules, how do you do ?
Elle se précipita dans mes bras, ce qui me procura une sensation étrange, étant donné que nous ne nous connaissions que d’une manière virtuelle au travers de quelques échanges de mails. Elle se mit à rire en voyant mon expression gênée et ajouta avec un fort accent américain.
— Ah mon frenchy, réglons cette affaire au plus vite, après en échange, tu feras mon guide.
Elle rit une nouvelle fois.
— Tu ne m’avais pas dit que tu parlais français ?
— Je l’ai étudié dans mon université de Boston, mais je te l'ai déjà dit, ça veut dire bien des choses ça Jules, me dit-elle sur un air de reproche.
Comme pour me faire pardonner, je lui pris délicatement des mains ses modestes bagages et l’emmenais à travers les méandres du métro. À la station Hugo, celle qui se trouvait à peine à deux cents mètres de mon habitation, je m’arrêtais dans une boulangerie, pris deux énormes sandwichs ainsi que deux viennoiseries au grand bonheur de mon américaine.
— Oh marvelous !
À peine arrivé, il ne restait plus rien de son frugal repas. Elle l’avait dévoré, alors que j’avais loin d’en avoir fini. Dix minutes plus tard, elle était déjà rivée à l’ordinateur, pianotant frénétiquement sur les touches pour déjouer les codes du fichier. J’étais vautré sur le canapé, digérant ce que je venais d’avalé.
— Ce n’est pas un travail d’amateur, mais je vais y arriver, dit-elle d’une façon combative.
Je pensais qu’elle en aurait pour des heures, mais à ma grande surprise, cinq minutes suffirent pour que je l’entendis pousser un cri de victoire. Ses bras qui s’étaient levés victorieusement retombèrent cependant immédiatement.
— Oups…
Je me mis derrière elle pour voir moi aussi l’écran. Tout d’abord, je ne compris pas, néanmoins, voyant que j’essayais de comprendre davantage qu’elle, elle me laissa sa place. Il s’agissait d’une série de plans plus mystérieux que les uns que les autres pour les béotiens qui n’avaient jamais mis les pieds dans l’industrie. Or, j’avais travaillé dans ce domaine pour payer mes études et j’avais déjà pu voir ce genre de schémas. Un plan d’accès complétait l’ensemble avec l’adresse du site : Centre de recherche nanotechnologique de Luxley, 2193, route des Monts.
— Je commence à comprendre, fis-je, laissant Jessica scotchée, qui restait derrière moi en se joignant les mains. Ça a l’air d’être un process, les plans d’une unité de fabrication. Le produit fabriqué doit passer par différentes unités, numérotées de 1 à 6. C’est pour cette raison que nous avons un plan par page dans le fichier. Les unités 1 et 2 doivent correspondre à un assemblage de différents composants électroniques. En effet, sur le côté gauche on a une série de symboles, ceux de condensateurs, de résistances… Tu les vois ?
— Euh, yes, fit-elle peu convaincue de son affirmation.
— Les unités 3 et 4 sont dissociées des deux premières, c’est une autre partie du process, je ne saurais dire en quoi elles consistent. Par contre, l’unité 5 les rassemblent. Et pour l’unité, il s’agit sans doute de la finition…
— Mais, qu’est-ce qu’ils fabriquent ?
— Bon sang ! Fis-je la bouche grande ouverte.
— Quoi ?
— Tu te rappelles du logiciel espion que tu m’as conseillé d’avoir et qui permets de voir en toute circonstance l’écran d’un ordinateur ?
— Oui…
— Il m’a servi pas plus tard qu’hier. J’ai pu lire l'email que la créature a envoyé. Elle a parlé de « créateurs » et d’un certain Manning.
— Et alors ?
— Elle a dit « nos créateurs ».
— Nos ?
— J’en ai le vertige ! Si j’ai bien tout compris, en fait, la femme à qui j’ai parlé et que j’ai aidé n’est pas une femme, mais un robot !
— Oh my God ! Impossible !?
— Voilà pourquoi elle était si parfaite…
Jessica ne put s’empêcher de rire.
— Mais, tu as bien dû t’apercevoir que ce n’étais pas quelqu’un d’humain enfin ?! Sa voix ?
— Non, rien… Tout était normal…
— Il doit bien y avoir une explication…
— De toute façon, pour en avoir le cœur net, il faut aller visiter ce centre.
— Ah oui, et on va y entrer comment ?
— Ne t’inquiètes pas, j’ai ma petite idée là-dessus…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article