Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'auteur

Le prologue de monsieur Sergent

19 Mai 2014 , Rédigé par mathias.goddon Publié dans #Science-fiction

20 février 2060
Je m’appelle Arnold Benzer, j’ai 81 ans. J’ai servi dix-neuf ans dans les services secrets. À l’aube de ma vie, il est temps de vous compter l’histoire d’un homme ordinaire auquel il est arrivé des histoires extraordinaires.
Avant de mourir, il m’a confié ce qu’il appelait ses « mémoires ». Je qualifierai les documents retrouvés plutôt de journal intime. Le reste de ce qui va suivre est issue d’une enquête très poussée que j’ai mené il y a de cela une dizaine d’années, alors que la mort de cet homme atypique venait juste de se produire.
Je ne peux garder pour moi plus longtemps le fruit de ces recherches, même si des gens haut placés m’ont demandé à plusieurs reprises de ne rien divulguer. Plusieurs fois, Jules Sergent a dû cacher ses documents, plusieurs fois j’ai dû moi aussi affirmer aux autorités que je n’avais rien en ma possession. Plusieurs fois, le chef du bureau chargé des affaires de sécurité intérieure m’a appelé pour m’informer qu’ils étaient « au courant », que j’avais été vu à tel ou tel endroit, qu’il fallait que j’arrête de fouiner dans des affaires qui ne me regardaient pas, qu’il fallait cesser de harceler des citoyens que j’importunais avec mes questions.
Alors que ma famille commençait à être inquiétée, j’ai dû cacher ce qui va se suivre. Il est temps que cela sorte au grand jour, il est temps que la vérité éclate. Je ne risque plus rien sauf la venue de la grande faucheuse qui s’approche un peu plus de moi chaque jour.
Ils vous diront que tout cela n’est pas vrai, qu’il s’agit d’histoires  racontées par un vieillard sénile. Mais, ne les croyez pas, ils font ça pour protéger le système dont nous sommes tous les esclaves.
Je commence par les premiers écrits que Jules a laissé. Ceux-ci vous paraîtront peut-être loufoques, mais ils n’en sont pas moins inquiétants. On peut sans aucun doute dire que Jules était un excentrique, peut-être même un peu anarchiste, mais j’ai toutes les raisons de croire que ce qu’il m’a raconté alors que nous travaillions ensemble et ce qu’il a consigné par écrit sont des éléments authentiques.
J’ai retrouvé un carton avec des feuillets à l’intérieur, aucun fichier sur ordinateur. Jules, pensait avec raison, que s’il y avait une perquisition, ce sont toujours les ordinateurs que l’on prend en premier. De nos jours, un carton de magazines avec en dessous de vieilles feuilles passent tout à fait inaperçus. Je n’ai eu nul besoin d’ordonner ce que j’ai trouvé, tout se trouvait dans l’ordre chronologique, prêt à être utilisé.
Le reste est issu des entretiens que j’ai eu avec cet être étrange, si différent et pourtant si proche de nous, et d’une enquête qui m’a permis de reconstituer certains pans de la vie de cet homme pas comme les autres qui, s’il était destiné à une vie sans sel, s’est retrouvé au cœur d’aventures plus extraordinaires les unes que les autres…
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article