Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'auteur

Deuxième version de Chaud moment

5 Janvier 2015 , Rédigé par mathias.goddon Publié dans #Ecriture

Voici une version légérement modifiée.

Merci à Eve de m'avoir apporté des idées...

Il s’en souvenait comme nul autre pareil. Habillée de cuir, ce petit bout de femme portait un gilet qui lui allait à merveille et mettait en avant sa poitrine généreuse. Elle ne semblait pas farouche, surtout lorsque Jacquier, après une petite discussion sur le canapé, lui avait audacieusement caressé les cuisses et qu’elle avait accompagné sa main jusqu’à l’origine du monde.
Dans un rai de lumières deux êtres s’abandonnaient l’un à l’autre sans retenue. La chevelure noire de la jeune femme ondoyait au rythme des va-et-vient qu’elle effectuait sur son partenaire. Ce n’était pas un cow-boy arc-bouté sur sa selle lors d’un rodéo, non, cette action, Jacquier la vivait au ralenti, comme dans un rêve accompagné d’une douce musique, une symphonie imaginaire qui lui courrait dans la tête. Son esprit était enivré par cet intense échange de chaleur et de suaves flagrances.
Pendant un instant qui lui sembla magique, Cynthia plaqua ses fines mains sur le haut du buste de l’homme et redescendit dans un mouvement qui semblait synchronisé avec la musique. Elle recommença à plusieurs reprises. La jeune femme, forte de son pouvoir, imprimait la cadence qu’elle désirait. Parfois très lente, elle s’appuyait alors sur les quadriceps puissants du policier, puis progressivement le rythme s’accélérait pour devenir frénétique et les mains remontaient d’autant. 

Devant les yeux hagards de Jacquier, Cynthia, possédée par une vague de plaisir, se transformait en un démon sauvage et rugissant. L’homme entrouvrait de plus en plus la bouche en se répétant que la femme avait été véritablement conçu pour l’homme et réciproquement et que le plaisir qu’avait donné les dieux permettaient aux hommes de toucher ne serait-ce qu’un instant le bonheur et la sensation d’éternité. Durant quelques secondes il la prit pour une déesse, tellement la jeune femme irradiait au milieu de la pièce.

Baigné par les gémissements syncopés de sa partenaire, Jacquier sentit monter en lui une puissante chaleur. La femme resserra son étreinte sur son membre brûlant, la pression était telle, que Jacquier, dans un râle rauque échappa sa laitance dans un geyser éphémère.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article