Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'auteur

La couverture en mode "street art"

26 Mai 2017 , Rédigé par mathias.goddon

Le cadre d’Une douloureuse enquête (en prévente ici), est résolument urbain. Grenoble, son petit centre-ville, ses tours et ses grapheurs ! Si certaines villes se montrent hostiles vis-à-vis de ce mouvement artistique, cette ville a souvent montré une certaine bienveillance. Preuve en est l’organisation d’un festival graphique tous les ans, dont celui de juin 2016. Le Grenoble Street Art Fest a réuni 40 artistes venus des quatre coins de la planète et réalisé une centaine d’œuvres.

Il ne s’agit pas de simples tags, qui, parfois, pollue nos murs, mais véritablement d’œuvres artistiques à part entière.

Les peintures murales sont ainsi présentes partout dans la ville. Le lieu d’origine se situe sur les quais et dans le roman, une des actions se situe justement devant celle de l’un des plus emblématiques artistes grenoblois, Snek (sa page Facebook).

C’est donc logiquement que j’ai choisi cette œuvre.

Le crâne de squelette, allégorie de la mort, prend une dimension gigantesque devant le décor du centre-ville et de la Bastille. Au-dessus, on peut voir le sceau de la ville : Sigillum Civitatis Gratianopolis, qui daterait du XIVème siècle.

J’en ai fait une interprétation toute personnelle : le policier lutte contre le crime organisé (le crâne), mais aussi contre ses propres démons…

À suivre…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article