Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog d'auteur

Drame d’Echirolles, et après on fait quoi ?

29 Décembre 2012 , Rédigé par mathias.goddon Publié dans #Actualités

L’année 2012 s’achève et l’événement qui m’a profondément marqué, ainsi que beaucoup d’habitants de la région grenobloise est le drame d’Echirolles survenu à la fin du mois de septembre. Les lumières des caméras se sont éteintes et ont laissé place à la grisaille de l’automne et de l’hiver.

Deux morts pour un regard de travers. Ce n’était pas un roman policier ou un film noir. C’était la réalité, la triste réalité, où l’homme n’hésite pas à massacrer son prochain pour des questions d’égo.

« Nous, nous n’avons pas oublié », disait une dame. Nous non plus. Enseignants, travaillant à quelques centaines de mètres du drame, nous avons été choqués pendant des jours. Ca ne s’est pas remarqué, car tout le monde l’était, les élèves et l’ensemble de la population. Quel était notre rôle dans la débâcle ? Et ceux des politiques ?

Puis vint la marche blanche, énorme et salutaire : il y avait encore une conscience morale dans la population. Venus d’Echirolles, Grenoble, mais aussi d’ailleurs, ce fut les habitants des quartiers dits « difficiles » qui prirent le drapeau blanc, mais aussi les éducateurs, les membres d’association et tous ceux dont la volonté première était la paix entre les peuples. Ce fut quelque chose d’énorme, environ 15 à 20 000 personnes, musulmans, catholiques, athées, qui ensemble, d’un seul souffle, dirent « Non à la violence » et «Plus jamais ça ! » rendant ainsi un hommage digne à Kevin et Sofiane.

Ensuite vinrent les annonces politiques, Echirolles ainsi qu’une partie de Grenoble allait devenir une zone de sécurité prioritaire, une zone où le droit serait de nouveau respecté ? 25 à 46% de chômeurs dans ces quartiers, dont beaucoup de jeunes non ou peu diplômés…

 

Le rôle de l’éducation nationale

Quelle est notre responsabilité dans cette histoire ? Quand je dis « nous », je parle des enseignants, mais aussi de « l’administration » et des hauts fonctionnaires étatiques. Il est incontestable que nous ne pouvons pas pallier à tous les maux de la société, car les jeunes tirent leurs influences de la télévision, de l’internet, du quartier, et je l’espère encore un peu de l’école. Mais, somme toute, les idéaux républicains que nous prônons ne sont pas forcément acceptés tels quels, les élèves ont leur propre mode de pensée. On peut par exemple leur dire vingt fois que l’origine du mot « démocratie » veut dire en grec le pouvoir au peuple (cratie : pouvoir, démos : peuple), ils ne sont pas obligés de nous croire…

Sous couvert d’un objectif de plus grande réussite à l’examen, les rectorats ont depuis quelques années eu comme consigne de laisser le moins possible « les élèves dans la rue ». Or, cela a eu comme effet la baisse du nombre de conseils de discipline dans les établissements scolaires et…tee-shirt.jpg la hausse de l’impunité dans ces mêmes lieux d’apprentissage…


Le rôle des politiques

Ce sont donc bien les politiques qui sont en partie responsables de la situation, les premiers (ump et affiliés) ont dépecé l’enseignement, les seconds (ps) n’ont pas encore compris le danger d’une politique uniquement gestionnaire à l’opposé d’une « vraie » réforme. Enfin, les troisièmes (fn) jettent de l’huile sur le feu et n’ont pas compris que l’autorité de l’enseignant ne fait pas tout (mais vraiment pas tout…).

En effet, une politique active de la ville s’impose : destruction des tours, démantèlement des quartiers et des trafics de drogue, relogements décents dans des quartiers mixtes. Pour l’instant, tout le monde est d’accord sur ce principe, mais tout se fait trop lentement au détriment de projets immobiliers qui rapportent plus, évidemment…

Kevin et Sofiane sont-ils morts pour rien ? Espérons que non, tout le monde doit ouvrir les yeux, agir pour le bien des habitants, de tous les habitants sans distinction pour désamorcer le processus de ghettoïsation

Lire la suite

Rendez-vous à Saint-Antoine en édition numérique

28 Décembre 2012 , Rédigé par mathias.goddon

st antoinecouv

En attendant la sortie de mon prochain roman policier, j'ai la joie de vous annoncer que RDV à Saint-Antoine est désormais disponible en format e-book et pour la modique somme de 2,99 euros !

On peut donc télécharger les aventures de Lucien et Etienne sur tablette et autres liseuses électroniques d'abord chez Lulu.com : link et je l'espère à l'avenir sur d'autres plateformes...

J'ai eu la chance de récupérer les droits et j'ai pu ainsi créér ma propre couverture. A vous de me dire ce que vous en pensez !

Lire la suite