Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog d'auteur

Coups de poing

31 Mars 2013 , Rédigé par mathias.goddon Publié dans #Ecriture

Le massacre n’est pas l’apanage des autres peuples, il peut se produire à deux pas de chez vous ou de votre lieu de travail.

Le vendredi 28 septembre 2012 Kevin et Sofiane, deux jeunes habitants de la Villeneuve se firent massacrer à 500 mètres de mon lycée. Ça, jamais je ne l’oublierai. Je n’oublierai jamais les familles en pleurs, le silence emprunt de deuil dans les couloirs du lycée le lundi suivant, le teint blanchâtre de beaucoup de nos élèves, leur caractère absent, certains d’entre eux ayant échappé de peu à la mort. Je n’oublierai jamais les jours qui ont suivi, la marche blanche où plus de 10 000 personnes se sont réunies pour rendre hommage aux victimes et dirent qu’elles en avaient assez de la violence.

Cette violence ne s’est pas pour autant arrêtée. Elle ne s’est pas arrêtée à sacrifier deux jeunes pour rien, pour un petit frère insulté à la sortie d’un lycée. Elle a contaminé de trop nombreux esprits. Aujourd’hui, dans notre société, on s’étripe pour un regard, une insulte, et ce, notamment les habitants des quartiers dits « difficiles ». L’ignorance, la haine, le rejet de l’Autre, le repli sur soi, la désespérance, l’ennui et le système sont autant de facteurs qui concourent à mettre les jeunes dans la rue, à leur donner comme modèles des personnes dont la principale fierté, en plus d’avoir vendu de la musique, est d’avoir fait un séjour en prison comme un « bonhomme ».

Le système broie les faibles et ceux qui se croient trop forts. Il condamne l’ensemble des habitants de ces quartiers avec des expressions comme « Il faut passer les cités au karcher », des politiciens déconnectés des réalités, mais qui se nourrissent en voix du malheur de ceux qui les subissent. Quant aux policiers, ils sont haïs, débordés, incompris et répondent parfois à la provocation par la provocation, alimentant ainsi ce processus infernal.

Voici donc un récit imaginaire pas si fictif que ça. Ça se passe à deux pas de chez vous, n’oubliez pas !

Lire la suite

Projet théâtre : pour changer les représentations d'un lycée professionnel

27 Mars 2013 , Rédigé par mathias.goddon Publié dans #Actualités

Voici un petit documentaire qui infléchira un peu la vision que peuvent avoir certains parents sur le lycée professionnel.

Il s'agit d'un projet que j'ai mené avec la compagnie AthénAthéâtre l'année dernière avec des élèves de première bac professionnelle. Nous allons d'ailleurs reconduire cette action avec le soutien de la région Rhône-Alpes et de la ville d'Echirolles. Les élèves vont se produire au festival "Entrée libre" d'Echirolles le jeudi 16 mai.

 


 

 

Lire la suite

Mon rapport à l'écriture

20 Mars 2013 , Rédigé par mathias.goddon Publié dans #Ecriture

Une écrivaine américaine m'a demandé quel était mon rapport à l'écriture. J'avoue que je ne m'étais pas trop posé la question jusqu'a présent. Voici ma réponse :


En partie à cause de mon métier actuel d’enseignant, j’ai des périodes où je n’écris pas et des périodes où j’écris beaucoup. Je commence par écrire une histoire, puis je poursuis mon récit au gré de mon imagination. Souvent, je visualise ce qui va se passer par la suite dans mes romans. Ce peut-être avant de m’endormir, en faisant la cuisine, dans mon canapé, autant de situations qui sont propices à la réflexion. Une fois mon idée en tête, j’essaye de retranscrire ce que j’ai vu et de faire avancer le récit.

J’écris d’abord à la main, puis sur ordinateur. Cela me permet de faire une première analyse de ce que j’ai écrit, des premières modifications de phrases, puis il y a bien sûr plusieurs relectures avec les multiples modifications langagières que cela suppose.

Sur le fond, je procède souvent avec plusieurs histoires qui n’en font au bout du compte qu’une seule. Comme j’ai une formation d’historien, il y a toujours un arrière-plan historique, des événements particuliers, l’envie de contaminer le lecteur et de le rendre curieux.

Mon dernier projet s’attache beaucoup à l’évolution actuelle de notre société,  nos difficultés à vivre ensemble. J’aime bousculer les stéréotypes, pratiquer l’ironie, l’humour pince-sans-rire, au fond ne pas faire du polar pour faire du polar, mais bel et bien emmener avec moi le lecteur dans ce qui peut apparaître parfois comme des délires. Je peux aller très loin dans la dérision, parfois très loin dans le drame sans pour autant céder à la facilité de la violence ou de la description crue de celle-ci.

Lire la suite

Mes meilleurs tweets du moment...

14 Mars 2013 , Rédigé par mathias.goddon Publié dans #Actualités

Je ne fais pas que des conneries, j'en dit aussi...

 

14/03

Qui pour l'implantation d'une puce dans le cerveau pour que les élèves puissent naviguer sur internet sans avoir à sortir leur portable? :)

 


5/03

Les aliens, c'est comme les fantômes, on se doute qu'ils existent, mais on n'arrive pas à en choper un...

 

Dans mon quartier, ils ont allumé les lampes en pleine journée, c'est la fête :)

 

 

17/02

Malheureusement, il y a Findus... ou Pistorius...

 

 

12/02

- Monsieur, Bob Marley, il a bien eu le prix nobel de la paix ?

- Je dirai plutôt qu'il a eu le calumet de la paix... :)))

Lire la suite

Des perles, encore...

6 Mars 2013 , Rédigé par mathias.goddon Publié dans #Ecriture

Quelques perles d'histoire-géographie :

 

« Pour cela, sur le territoire français, on aperçoit de très grands axes routiers, ferieux, et volants pour faciliter le déplacement et le choix de tout le monde. Pour a faire plaisir, les gens sont prêt à dépenser sans compter pour se faire plaisir. »

 

Pour le plaiiisiiiiiiiiiiiiiiiiiiirrrrrrrrrrrr

 

« L’Onu ne fait pas partie d’un groupe malsin mais au contraire le but est de protege le monde. »

 

Heureusement que ce n'est pas un groupe malsain...

 

 

« Les mobilités (françaises) sont axées vers les littoraux, mer méditerranée, océan pacifique » !?

 


Très mal dit : « Comme les Etats-Unis est un mélange des différents pays d’Europe, c’est pourquoi ils veulent rester neutre.»

 


« Dans les mobilités quotidiennes des français, il y a les musees, la tour effel et les aéroports. »

Mais bien sûr...


« Les deux documents hésitent sur la scène internationales. »

Quand on fait parler les documents, voilà ce qui arrive…

Lire la suite

Collection de perles

1 Mars 2013 , Rédigé par mathias.goddon Publié dans #Ecriture

Ah les corrections, parfois barbantes, souvent navrantes, mais là quel feu d’artifice, quel florilège, ils se sont surpassés…

Je précise qu’il s’agit d’un devoir de français (au cas où…).

 

Première salve :

Boris Cyrulnik est contre l'indignation, il préfère la raisonnation,

 

Je pense plutôt qu'il va penser à se pendre après avoir lu cette perle…

 

 

Pour un autre c’en est presque compréhensible :

Albert Camus lui veut faire par au lecteur quesqu'un homme qui sé révolte en émétant des exemple à se sujet.

 

J’ai dit presque…

 

Une jolie :

Comme cette extrait de ce livre très connus « Indignez-vous » qui n'est guerre la même façon d'explique l'indignance 

 

L’indignance…Néologisme...


Que des champions en puissance :

Hessel et Camus recourent à des écritures très différentes pour convaincre pour qu'ils seront pas pareils dans l'écriture.. 

 

Pas loin...

 

Et une toute belle :

Tout d'abord, il faut savoir que Stéphane Hessel et Albert Camus ne sont pas les mêmes hommes 

 

Incroyable, lui, je lui tire mon chapeau... ah ah ah


Une perle incompréhensible :

L'indignation c'est s'opposer à quelque chose, mais aussi le savoir de s'exprimer sans être obliger de s'opposer mais être capable de donner son avis quand il le faut.

 

Réponse de ma part : « On peut s'indigner sans savoir s'exprimer et au mauvais moment ! »

Réponses nulles :

 

Une autre, une autre...

Le rapport entre la réflexion et l'indignation c'est de pas montrer nos vrais réactions quand on se fait juger injuste

Le rapport entre la réflexion et l'indignation est que si on réfléchit, l'indignation et la réflexion se complète

 

Commentaire à la perle précédente : "Il faut justement que vous réfléchissiez davantage pour compléter votre réponse"... :)

 

Commentaire à une des copies : "On peut s'indigner sans réfléchir et réfléchir sans s'indigner"

 

Pour finir, une perle anachronique :

A l'époque du XX°siècle c'était efficace,car il y avait l'esclavage et l'indignation était une très bonne manière de s'opposer.

 

L'esclavage au XX°siècle, c'était vraiment terrible, je me souviens d'ailleurs, on dormait dans la cave, c'était pas facile ah ah ah...............;

Lire la suite