Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog d'auteur

Quais du Polar 2015 : rencontre et digressions avec 4 auteurs

30 Mars 2015 , Rédigé par mathias.goddon

Hier, - dimanche - j'ai vécu une belle journée au festival Quais du Polar à Lyon. Non pas comme auteur - un jour viendra… - , mais l’amateur de romans policier que je suis ne pouvait faire l’impasse de ce rendez-vous mondial du polar avec la présence de nombreux grands romanciers dont des Sud-américains (thème de l’année 2015).

J’avais ciblé avec soins mes objectifs : 4 auteurs majeurs du polar français. J’avais décidé de commencer par le plus gros poisson, du moins celui qui avait le plus de succès… Il me fallait pour cela adopter une stratégie gagnante. Venu déjà à quelques reprises, il fallait éviter d’arriver en plein milieu de l’après-midi. Dans cette manifestation qui accueille près de 70 000 visiteurs durant trois jours, les heures les plus propices sont en effet de 13 heures à 15 heures, car c’est à ce moment-là que la fréquentation est encore raisonnable. Passé ce délai, la foule cannibalistique se précipite sur tout ce qui bouge.

C’est donc, tranquille comme Baptiste, que je fis tout de même la queue - une petite demi-heure avant l’heure de dédicace - dans de très bonnes conditions - assis sur un banc - pour la dédicace de Franck Thilliez. J’appris au passage par mes voisins de banc qu’ils avaient attendu Maxime Chattam hier pendant presque 4 heures !?

Mon tour vint, je lui remis « La chambre des morts » en édition poche. Je lui dis à sourire mi-entendu que nous étions nés dans la même ville, mon prénom, ma profession... ET j’ajoutai (perfidement) que j’écrivais, mais que je participais à de plus petits salons du livre que celui-là... Il me fit un sourire tout en réfléchissant à une deuxième dédicace pour « Angor » et m’encouragea à continuer dans l’écriture. Il commençait une longue litanie de dédicaces qui allait durer deux heures… Que ce devait être difficle d’être un écrivain à succès !

Pour ma part, j’avais d'emblée fait le plus dur. En effet, le bonheur des dédicaces c’est pour moi de pouvoir échanger avec les auteurs sans qu’on soit presser par le temps. Parfois, on se dit même que certains doivent s’ennuyer (et puis je me suis souvenu que j’étais moi-même un auteur, et que j’avais connu ça et même bien pire).

Sylvie Granotier était toute à ses pensées lorsque je la réveillai de sa torpeur. Mon sourire la rassura. Cette auteure, qui est aussi une actrice de renom - elle a joué dans de grands films, par exemple « Tandem » de Patrice Leconte - , se mit également à sourire. Je tairais son âge - je pourrais l’appeler maman - et je ne vous dirais pas l’anecdote que je lui ai raconté, car cela concerne ma vie personnelle, mais elle me répondit avec un charme indéniable, non seulement dans sa dédicace, mais également avec l’expression de son visage. Je la quittai à regret comme on quitte une amie rencontrée au détour d’une rue et avec qui on aurait bien aimé discuter pendant des heures (ma timidité m’en empêcha).

Je continuais ma déambulation à travers le Palais du Commerce, dédaignant quelques auteurs de renoms, mais ma carte bancaire - me criant à chaque détour "NON" ! - ne pouvait pas tout supporter. Il se trouve que je cherchais deux auteurs : Jean-Bernard Pouy, le créateur du « Poulpe » et Dominique Manotti, auteur du cinglant « Nos fantastiques années fric (devenu le film « Une affaire d’État).

Ils étaient quasiment voisins, faisant partie d’une brochette exceptionnelle avec DOA et Caryl Ferey. Je me concentrais sur Jean-Bernard, qui précédait de toute façon Dominique (horaires officielles de dédicaces).

Je fis là encore dédicacer deux ouvrages et je demandais avec amusement s’il était responsable du pavé que j’allais lui acheter. Il me dit que non, qu’ils - les extraterrestres? les envahisseurs? plus sûrement les gens de chez Gallimard - l’avaient obligé de publier certaines de ses oeuvres pour le 70e anniversaire de la Série Noire chez Gallimard. Et il avait raison le bougre, car ce livre en réunit au total 5. Sa dédicace : « Ça y est, ça sent le sapin » m’a beaucoup amusé…

Enfin, je vins à Dominique Manotti, seule entre DOA et Caryl Ferey (excusé du peu). Je patientais un peu, car je croyais que la personne devant moi attendait elle aussi une dédicace de cette auteure au parcours remarquable et qui fait partie de la Série Noire de Gallimard. J’entendis dire la non-initiée à DOA « Je ne vous connais pas », ce qui avait au moins le mérite d’être sincère. Mais elle rajouta maladroitement : « C’est vrai que les auteurs français, on ne les connaît pas » avant d’avoir quelques regards sans doute interloqués ou qui la fusillèrent ce qui lui fit dire immédiatement « Encore que… ». Le lynchage fut évité de justesse. Oui, encore que, effectivement… Dominique était donc cachée - d’autant qu’elle est petite ou était-ce la position ? - et elle fut contente de ma visite… Deux dédicaces dont l’une où elle écrivit très gentiment : « Pour un écrivain d’avenir ». Je n’ai bien sûr qu’un souhait, que cela se produise…

 

Après quelques autres allées et venues, je finis par quitter les lieux. J’ai donc passé un excellent après-midi et suis revenu ragaillardi d’avoir pu échanger avec ces grands auteurs, qui n’ont que la prétention d’écrire et de vouloir être lu.

 

Quatuor majeur : Thillez, Granotier, Pouy, Manotti

Quatuor majeur : Thillez, Granotier, Pouy, Manotti

Lire la suite

Réédition de "Rendez-vous à Saint-Antoine"

29 Mars 2015 , Rédigé par mathias.goddon

Bonjour, 

Rendez-vous à Saint-Antoine fut mon premier polar publié en 2011 pour les Editions Papier Libre, sous la direction d'Humberto Barcena, qui dirigeait également à l'époque les Editions du Polar. Malheureusement, l'éditeur fit faillite. Dans ce malheur (je n'ai rien touché comme droits d'auteur), un bonheur survint tout de même, celui de récupérer les droits.

Après la parution du deuxième polar "Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra (peut-être) les siens" l'année dernière (toujours en vente), des libraires, mais aussi des lecteurs étaient désespérement à la recherche du fameux "Rendez-vous à Saint-Antoine". On me le demandait à cor et à cri (orthographe de cette expression vérifiée).

Rassurez-vous, aucune femme n'a arraché mes vêtements pour cela (encore que).

C'est donc avec un grand plaisir que je vous annonce la réédition imminente de "Rendez-vous à Saint-Antoine", dont voici le résumé :

Dans un contexte de guerre des gangs, un meurtre est perpétré en plein centreville.
Lucien Tordo, un enseignant à la dérive, veut en savoir plus. Alors que la police patauge, soixante kilomètres plus loin, un corbeau sème la zizanie dans un petit village chargé d’histoire, Saint-Antoine l’Abbaye qui, quelques siècles plus tôt, abritait les restes de saint Antoine, connu pour son pouvoir de guérison d’un mal étrange, le « mal des ardents ».

 

Si vous ne voyez pas bien les commentaires, vous pouvez aller directement sur le site Amazon, en bas, deux commentaires :http://www.amazon.fr/Rendez-vous-%C3%A0-Saint-Antoine-Mathias-Goddon-ebook/dp/B00B1CWVE4/ref=la_B004MQZLCK_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1427649298&sr=1-1

Si vous ne voyez pas bien les commentaires, vous pouvez aller directement sur le site Amazon, en bas, deux commentaires :http://www.amazon.fr/Rendez-vous-%C3%A0-Saint-Antoine-Mathias-Goddon-ebook/dp/B00B1CWVE4/ref=la_B004MQZLCK_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1427649298&sr=1-1

Réédition de "Rendez-vous à Saint-Antoine"
Lire la suite